Écologie : les conseils pour réduire son empreinte numérique

Daniel Sperling

Actuellement, notre dépendance au numérique laisse une empreinte carbone plus importante qu’on pourrait le penser, note un élu installé à Marseille. Des activités quotidiennes, comme l’utilisation d’Internet augmentent notre empreinte carbone chaque jour. Pour éviter le pire, il n’y a pas de petites contributions, nous pouvons tous participer à améliorer le monde. Alors, voici une petite des pratiques simples qui aident à concilier l’écologie et le numérique.

Gardez vos appareils le plus longtemps possible

L’utilisation des Smartphones demande beaucoup d’énergie. Avec une durée de vie moyenne d’environ 2 ans, nous changeons de smartphone à une vitesse incalculable. Et cela n’est pas sans impact sur l’environnement. La grande majorité de l’empreinte carbone totale d’un smartphone provient de l’extraction des matières premières pour en construire un nouveau. En d’autres termes : acheter un nouveau téléphone demande autant d’énergie que recharger et faire fonctionner un smartphone pendant une décennie entière

Pensez à ajuster les réglages de puissance de votre appareil

Bien réglez votre ordinateur pour qu’il se mette en veille ou en hibernation permet d’économiser de l’énergie lorsque vous prenez une pause, Daniel Sperling. Éteindre votre ordinateur et éteindre complètement votre moniteur et votre imprimante lorsqu’ils ne sont pas utilisés vous permettra d’économiser encore plus.

Privilégiez le moteur de recherche Ecosia aux autres

Bien que Google, selon Greenpeace, semble être ” vert ” en termes d’énergie utilisée dans son centre de données, il existe une alternative à la navigation sur le web. Il s’agit de l’entreprise Ecosia qui a une approche différente de la navigation verte. La particularité de cette entreprise est qu’elle utilise une grande partie de ses bénéfices pour planter des arbres. À ce jour, Ecosia a planté plus de 35 millions d’arbres !

Privilégiez un échange physique au bureau que d’envoyer un courriel

Imaginez à la quantité de courriels que vous recevez de vos collègues de bureau. Pour réduire votre empreinte carbone, vous pouvez tout simplement vous rapprocher de ces personnes pour leur poser votre question.